Échange avec un journaliste autour des U-Bunkers

Bonjour,

Je partage l’article écrit par Thierry Hameau journaliste à Ouest-France. Cet article se présente sous la forme d’une interview, mais il s’agit bien entendu d’une synthèse de notre échange téléphonique.

Bases sous-marines : des destins bien différents

© Ouest France 2015.

Un universitaire travaille depuis 2013 sur le sort des bases sous-marines en France entre 1940 et 2010. Celle de Saint-Nazaire s’en sort plutôt bien.

Entretien

Que sont devenues les ex-bases de sous-marins allemandes ?

En France, toutes sont encore debout. Celles de Bordeaux, de La Rochelle et de Saint-Nazaire se ressemblent car elles ont été construites selon les mêmes plans.

Le plus gros complexe sous-marin est à Lorient avec trois blocs connectés et un petit U bunker à Lanester. Il y a enfin celle de Brest près de l’arsenal.

A l’étranger, leur sort diffère. En Allemagne, la destruction à la TNT de la base de l’île d’Helgoland, à la fin de la guerre, a provoqué la plus grosse explosion non-nucléaire de tous les temps.

A qui appartiennent ces bases ?

Après-guerre, la Marine nationale les a toutes récupérées pendant un an au moins. Elles ont ensuite eu des destins différents.

Celle de Bordeaux a vite été cédée au port autonome et je crois qu’elle vient d’être rachetée par la Ville[i]. Celle de Brest est restée militaire. La Marine a rétrocédé celle de Lorient en 1997 à la Ville qui souhaitait la valoriser. Celle de La Rochelle appartient toujours à l’Etat.

Et celle de Saint-Nazaire ?

En 1945, la Marine l’a d’abord utilisé pour réparer les navires portuaires indispensables au redémarrage du port (remorqueurs, chalands…) puis l’a mis à disposition du port maritime. En 1948, la Marine, toujours propriétaire, a laissé le port et la CCI accorder des concessions à des entreprises civiles. La société Réno par exemple y déchargeait du phosphate avant de le transformer et de le stocker dans les alvéoles. Tout comme Cargill aujourd’hui d’ailleurs.[ii] Quand Reno a fermé au début des années 1990, la Ville de Saint-Nazaire s’est porté acquéreur.

Dans quel état sont ces vieilles bases ?

Tous ces bâtiments sont imbibés d’eau et dans un état moyen[iii]. Elles ont été construites hâtivement avec parfois du sable de mer.

Je n’ai pas vu Brest mais celle de Bordeaux dépérit. Celle de La Rochelle semble poser des problèmes de sécurité même si certains bateaux viennent s’y arrimer. A Lorient, des travaux ont été engagés tout comme à Saint-Nazaire. Les problèmes de déperdition énergétique et d’étanchéité ont été en partie réglés en créant des caissons étanches dans les alvéoles qu’on souhaite utiliser.

Comment se passe leur intégration urbaine ?

Aucune n’est totalement ouverte au public. A Bordeaux, il y a eu quelques aménagements à partir de 1990 dans deux alvéoles et une tour annexe pour accueillir des expositions temporaires mais l’accès handicapés[iv], par exemple, n’est pas total.

A La Rochelle, c’est interdit au public, y compris les extérieurs.[v] Et à Brest c’est zone militaire. A Lorient, la Cité de la voile est à côté de la base, tout comme la présentation en extérieur du sous-marin Le Flore et une expo[vi] sur les mondes sous-marins dans la tour annexe.

C’est à Saint-Nazaire que la valorisation est la plus réussie. On y chemine facilement depuis le centre-ville et on peut même se rendre à pied jusqu’aux bassins du port grâce à l’ouverture des alvéoles. Cette base peut aussi être dominée par l’homme puisque c’est facile d’y monter. Elle accueille le musée Escal’Atlantic, une salle de concert, d’expo (Vip, Life,…) mais je ne suis pas sûr que regrouper l’offre culturelle sur un espace aussi réduit soit une bonne idée.

Et d’un point de vue historiographique ?

Il manque à chaque fois des bornes d’interprétation qui permettraient aux touristes de comprendre l’histoire de ces lieux.  A Lorient, Bordeaux et Saint-Nazaire, on y attire le public mais il n’y a pas[vii] de lien avec l’histoire des anciennes bases de sous-marins.

Thierry HAMEAU.

[i] Une coquille s’est glissée. Je n’ai pas dit cette phrase. L’U-Bunker de Bordeaux a été l’un des premiers U-Bunkers cédé à une ville, si ce n’est le premier, en comparaison aux autres U-Bunkers.

[ii] Je rappelle évidement que Cargill ne traite pas du phosphate. 😉

[iii] Terme employé par le journaliste qui m’a semblé adapté dans le cadre de cet échange.

[iv] Voici une partie de la proposition de correction que j’avais envoyé et qui n’a pu être conservé « […] mais l’accès aux personnes à mobilité réduite et/ou en situation de handicap, par exemple, n’est pas total ».

[v] L’U-Boot-Bunker se situant en effet sur le domaine du Grand Port Atlantique La Rochelle.

[vi] Proposition de modification que j’avais envoyé : « […] à Brest c’est une zone militaire, cependant les visites sont autorisées selon certaines conditions. […] tout comme la présentation en extérieur du sous-marin Le Flore et le musée sous-marin dans la tour annexe « Davis » ».

[vii] il n’y a pas toujours de lien…

Vous retrouverez le scan de cet article ici et sa version numérique ici.

Il semblerait que ce cliché fut utilisé dans la version papier.

Il semblerait que ce cliché fut utilisé dans la version papier. Pour en voir d’autres consultez la galerie du photographe.

Advertisements

2 réflexions au sujet de « Échange avec un journaliste autour des U-Bunkers »

  1. Alors Jean-Baptiste, bases sous-marines (certains grincheux ne manquent pas de me signaler qu’elles ne sont pas sous l’eau…) ou bases de sous-marins ? 🙂
    Bravo pour l’article, pour ce qui est de l’U-Bunker de Brest, trop d’interrogations et pas de réponses….

    • Merci bien pour ce commentaire Jean-Paul!
      Pour moi c’est toujours « base de sous-marins » ou « U-Boot-Bunker(s) », car je suis un de ces « grincheux ». ahahah. Après, le journaliste à sa liberté éditoriale et si la mise en forme peut faire penser qu’il s’agit de mes mots, en l’occurrence le texte résume un échange téléphonique. En plus l’objectif était certainement de toucher un grand public, d’où peut-être le choix de ce titre. En tout cas, ça fait plaisir que cette thématique intéresse toujours. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s