Organization in the U-Boat Bases

Citation

Some weeks ago I bought two books regarding the U-Bunkers:

Jack P. Mallmann Showell, Hitler’s U-Boat Bunkers, The History Press, 2002 (1st edition), 2010 (for this publication), pp. 204.

and

Gordon Williamson, Ian Palmer, U-Boat Bases and Bunkers 1941-45, Osprey Publishing, 2003 (1st publication), 2008 (5th impression), pp.63.

I didn’t finished to read the books, but if you feel interested in knowing more about I can wrote that:

  • the 1st one is a real historical research and synthesis on the different Baltic’s or Atlantic’s Bases.
  • the second book, also based on an historical research, is thiner than the first one and could be used as a tourist guide book in the aim to visit the Bases in Europe.
  • the first one is illustrated by pictures in black and white whereas the second one included also a kind of 3D illustrations.

I won’t be going further into a detail presentation on these two books, as they are well known to the one who is interested in that subject (according to the plenty of website that are proposing to order these).

Here is a summary/presentation of a chapter extract from: G. Williamson, “Life in a U-Boat base, Resident flotillas and commanders in Europe”, in U-Boat Bases op. cit.:


First of all, the German’s U-Bunkers were dedicated to park boats and submarines, called “U-Boote”, and if it was necessary doing some reparations. We learn from this chapter that life in the elevens U-Bunkers, (which were located in: Hamburg, Helgoland, Kiel, Bremen, Bergen, Trondheim, Brest, Lorient, Saint-Nazaire, La Pallice and Bordeaux) [yes, the author doesn’t talk about the one of Marseille which were still under construction at the end of war] was almost the same.

The U-Boat army was commanded by the “Konteradmiral” (September 1940) then “Grossadmiral” and Commander-in-Chief navy Karl Dönitz. As he had “a passionate interest” in his U-Boats, then he was very often going to the U-Bunkers. Thanks to these travels, the historians could nowadays discover the pictures taken by the German press-office. Under Dönitz, at the “head of Operations” there was: “Kapitän Zur See Eberhardt Godt”, while the post of ‘head of Organization” was held by “Kapitän Zur See Hans-Georg Von Friedeburg”.

The individual operational areas were each commanded by a “Flag Officer”. Also, the post of “Führer der u-Boote West” covered the areas of operations in which most of the boats from the French U-Boat Bunkers complexes operated. The U-Boats operating from the Norvegian bunkers came under the control of the “Führer der U-Boote Norvegen”.

Of course, “efforts were made to rotate U-Boat crews”. Thus a train was often laid on by order of Dönitz to the crew which was returning to his U-Boat Base, in the aim to transport the submarine soldier’s home to Germany quickly. The train used for that mission was known as the « B.d.u-Zug » or « C-in-C’s train », in reference to the functions of Karl Dönitz. And last but not least, the author concludes by the details of each flotilla which were staying in the different Baltic and Atlantic’s U-Bunkers.

Publicités

Retour sur la « concertation publique ».

Citation

Questo articolo è dedicato a Lazer_one ed a Marco M. della Betasom dell’Italia.
The English version is here.

Chers Lecteurs Modestes et Géniaux,

L’objectif de ces rencontres proposées par la « Ville de Bordeaux » et la « CUB » est d’associer les bordelais aux pouvoirs publics pour mener des réflexions collectives sur les différents quartiers concernés par les rénovations/réhabilitations urbaines. Ces concertations sont partiellement retranscrites dans des « petits livrets bleus » qui sont numérotés et peuvent être trouvés à la Direction générale de l’aménagement de la Mairie de Bordeaux. Ainsi, trois livrets ont déjà été publiés1, mais bien que numérotés ils n’ont pas d’ISBN et ne possèdent pas de date d’éditions/publications, ce qui ne facilite pas le travail du chercheur. Toutefois, si nous nous référons aux dates des concertations passées, nous dirons que :

  • le carnet n°1 retranscrit les débats du 9 décembre 2008,

  • le carnet n°2 retranscrit les débats du 30 novembre 2009,

  • le carnet n°3 retranscrit les débats de juillet 20112.

Ces livrets (notamment les deux premiers) reflètent des questions, des idées et propositions diverses des habitants. Certaines de ces propositions reflètent des déplacements effectués dans d’autres villes portuaires maritimes ; voici quelques exemples provenant du « Livret n°1 »: « Imaginons que la base sous-marine accueille un sous-marin réformé et propose des visites guidées… », de même « La base sous-marine est le point haut du site, il faut faire de sa toiture un panorama », autre exemple je cite toujours « De l’avis de beaucoup,  ceux en tout cas qui trouvent une utilité à ce monument d’histoire, la base sous-marine peut enfin devenir un pôle culturel, même si selon certains une partie de ses installations et de son infrastructure pourrait être dédiée à de l’activité économique et/ou industrielle : dommage de ne dédier la base qu’à la culture » in Livret n°1, pages 55-56, Direction de la communication, mairie de Bordeaux.

De même, ces trois carnets sont complétés par deux beaux ouvrages toujours publié par la Direction générale de l’aménagement de la Ville de Bordeaux ; le 1er fut publié en mai 2010 (Ville de Bordeaux, Vers le Grand Bordeaux 2030, une métropole durable) et le second en juillet 2011 (Ville de Bordeaux, Habiter Bordeaux, la ville action). Ces deux ouvrages, illustrés par de nombreux clichés reviennent sur les différents projets de réhabilitations urbaines de Bordeaux, comme notamment « La Caserne Niel » et « les Bassins à flot ». Le premier est traduit en anglais à la fin. Toutefois il est regrettable que le second ne soit lui aussi pas doté d’une traduction (mais peut être qu’une véritable édition en anglais est en circulation?), en outre les textes sont difficilement lisibles -polices trop petites, portions de phrases surlignées en gras et parfois emploi du « je » sans que l’on sache réellement qui écrit. Enfin pour illustrer les travaux fourni par les habitants lors des « concertations », des phrases sont reprises ça et là, qui sorties de leurs contextes elles peuvent interroger le lecteur (cf p 50 in Habiter, op. cit.).

> Nous numériserons quelques images prochainement, afin que les lecteurs ne vivant pas sur l’agglomération bordelaise puissent voir de quoi il s’agit et apprécier les clichés des formes de radoub/cales sèches, et de l’U-Bunker. <

Concernant, la dernière rencontre de ce mois de juillet 2012, l’étudiant en histoire qui écrit ici n’a rien appris de particulier sur l’avenir de la Base de sous-marins3 puisque rien n’est réellement acté, si ce n’est {scoop cela n’a pas été communiqué lors de la rencontre} l’installation de deux tours de bureaux accolées à l’U-Bunker et la volonté d’ouvrir la Base en créant une rue ; mais ce projet ne serait-il pas un boulevard sans issue ? Rien n’a été communiqué sur l’avenir du bunker à fioul, même si nous avons obtenu des informations rassurantes de la part d’une de nos sources que nous ne pouvons citer tant que le second mémoire n’est pas rendu. Mais bien évidement, nous reviendrons sur l’avenir de ce bunker qui lui contrairement à la Base semble être intégré dans un véritable projet (global?). Nous espérons seulement que « le pipeline » (s’il existe toujours) entre le bunker à fioul et la Base soit préservé. Concernant la BETASOM (Bassin à flot n°1 pour les connaisseurs), rien de nouveau, si ce n’est qu’il y aura une reprise des activités de petites industries dans les formes de radoubs qui ont, il est vrai, de véritables potentiels économiques et c’est le journal Sud-Ouest qui nous permet de suivre l’évolution des décisions.

La « concertation publique » s’est déroulée en deux temps, tout d’abord les personnes travaillant sur le dossier des Bassins à flot de la Mairie et de la CUB sont intervenues pour donner des nouvelles de l’avancée des projets et travaux (concernant le nouveau pont notamment). Ces interventions ont été très bien menées et ont dû être intéressantes pour les étudiants en aménagement du territoire ou urbanisme. Les habitants ont eu le loisir de faire leurs commentaires et de poser de nombreuses questions très précises, cela traduit bien l’intérêt qui est porté à l’avenir du quartier de Bacalan. Les interventions concernaient plus les axes de communications, des problèmes liés à l’accessibilité ont été évoqué comme :

  • la disposition de parkings à véhicules (des habitations seraient construites sans place de parking, ou avec garages en locations qui s’ajouteraient au coût du loyer, ce qui mécontente certains Bacalanais et futurs habitants du quartier),

  • les accès au tram B qui sont limités actuellement, en effet entre Bassins à flot et Claveaux on assiste à une réduction du trafic des transports en communs due aux soucis techniques d’un pont-écluse par lequel est sensé passer le tramway.

En somme, des questions et détails techniques qui ne concernaient pas le devenir du lieu qui nous intéresse dans ce blog : la Base de sous-marins mais des questions toutes aussi importantes concernant la mobilité. Enfin les participants ont été invités à réfléchir sur la question des jardins et squares ; c’est à ce moment que je me suis éclipsé car j’avais suffisamment d’éléments à vous communiquer.

Jean-Baptiste

A noter sur vos agendas :

Lors de cette « concertation publique », j’ai appris qu’en septembre il aura :

  • le festival des « Grandes Traversées » qui se tiendra aux Bassins à flot,

  • Du 12 au 16 septembre 2012 une agora: cela consistera en des rencontres qui porteront sur l’architecture et sur la thématique de l’aménagement urbain.

  • et un événement culturel (et non pas historique) qui se tiendra aux Bassins à flot et d’après les indications du site de la ville de Bordeaux, à la Base.

D’autre part, des associations commencent à organiser des visites du quartier de Bacalan, ce qui n’est pas encore proposé par l’Office du Tourisme de Bordeaux. Mes collègues de filières HDE (ancienne filière d’Histoire Économique), ont déjà pu profiter d’une présentation in-situe de la BETASOM4 et de la Base. De même des amis, des étudiants taïwanais et chinois ont eu aussi le plaisir de découvrir l’intérieur de cette Base (les alvéoles ou boxes qui étaient accessibles au public) lors de la «Nuit des musées» et ont su apprécier et me poser des questions ; car c’est réellement à l’étudiant, à l’habitant ou encore au passionné de devenir le guide tel un greeter , pour faire découvrir ce fabuleux patrimoine industrialo-millitaro-portuaire qu’a été BETASOM (Bassin n°1) et l’U-Bunker devenu «Base sous-marine ». Suivez donc ce blog et si vous êtes de passage dans la région, laissez moi un commentaire je pourrai vous présenter ces lieux (BETASOM et l’U-Bunker) étranges et historiques.

_______

1Des liens comportant des photos seront proposés bientôt.

2 Il est indiqué en titre « Les premières rencontres de Bordeaux-Bassins à flots » bien qu’un grand trois écrit en chiffres romains rouges soit indiqué « III », une erreur de présentation sans doute.

3 Je n’écris pas Base sous-marine car elle ne situe pas sous l’eau (cf, Projet de recherches 2011-2012).

4 J’écrirais une note sur cette thématique prochainement.